Screenshot_20190708-224704_Gallery.jpg
aiglon_mairie_modifié.jpg
DSC_0113.JPG
DSC_0079.JPG
DSC_0826.JPG
DSC_0963.JPG
DSC_0438.JPG
DSC_0109.JPG
DSC_0410 (2).JPG
DSC_0322 (2).JPG
DSC_0426 (2).JPG
DSC_0331 (2).JPG
DSC_0332.JPG
DSC_0389 (2).JPG
DSC_0262.JPG
DSC_0259.JPG
DSC_0030.JPG

Drame d'Edmond Rostand écrit en 1900 et représenté pour la première fois à Paris, au théâtre Sarah-Bernhardt, le 15 mars 1900, l'Aiglon désigne le fils de Napoléon 1er, l’Aigle, et de Marie-Louise d’Autriche. Il est également connu sous les noms de Napoléon II, de roi de Rome et de duc de Reichstadt.

Comment ne pas être passionné par ce tout jeune homme écrasé par le poids du père, un père qui a marqué l’Europe entière ? Un personnage fascinant qui, tout au long de la pièce connaît une palette de sentiments si forts : le duc de Reichstadt passe du jeune homme peu sûr de lui à l’empereur autoritaire, du jeune amoureux timide au Dom Juan affirmé, du fils attentionné à l’homme submergé de violence, de l’ami équilibré à l’héritier de la folie…

Cet Aiglon est un peu notre Hamlet français !

Rostand précise son projet dans le quatrain placé en épigraphe au drame : 

Grand Dieu ! ce n’est pas une cause
Que j’attaque ou que je défend,
Et ceci n’est pas autre chose
Que l’histoire d’un pauvre enfant.